04 – La dent devitalisee : les consolidations, la couronne

Le dentiste a dû dévitaliser une dent, c’est-à-dire enlever le nerf, mais aussi les vaisseaux sanguins qui nourrissaient la dent : celle-ci est devenue fragile comme du verre et risque à chaque instant de casser. De plus, elle est forcément abîmée, ce qui l’empêche de participer efficacement à la mastication.

CONSÉQUENCES D’UNE DENT DÉVITALISÉE

•    La douleur n’est qu’un symptôme de la carie ; la dévitalisation a fait cesser la douleur mais a fragilisé la dent.

•    Si on laisse cette dent, très fragile, elle risque de casser : il faudra alors l’extraire.

•    Une dent dévitalisée est forcément partiellement détruite par la carie et par les soins du dentiste : elle ne peut donc plus avoir un rôle efficace dans la mastication (moins on mastique, plus on risque des troubles digestifs, pouvant aller jusqu’à l’ulcère).
Inconsciemment, la personne évite de mastiquer sur cette dent :

elle surcharge alors les autres qui, plus sollicitées, s’abîment plus vite.

Afin d’éviter qu’elle se casse et qu’elle soit extraite, la dent devra être consolidée de l’intérieur et protégée de l’extérieur. Le dentiste prend une empreinte de la dent préparée, de sorte que le prothésiste puisse réaliser une coiffe qui protégera la dent, tout en lui restaurant sa place et son esthétique initiale.
La consolidation interne est généralement réalisée lorsque la dent est trop délabrée.

Une dent dévitalisée est, par définition, fortement abîmée. Le dentiste devra commencer par un renforcement de la structure de la dent, soit par broches, soit, dans les cas plus sévères, par inlay-core.

Le praticien utilise la technique la mieux adaptée à chaque cas.
Si l’intérieur de la dent est maintenant renforcé, l’extérieur doit être protégé par une « couronne ».

Le matériau se rapprochant le plus des dents naturelles est la céramique, alliant solidité et esthétique. La dent couronnée, ainsi protégée, ne risque plus de fracture. La fonction masticatoire est rétablie et l’esthétique du sourire est préservée : en effet, une dent « du fond », manquante, aurait, à terme, perturbé l’alignement de celles « de devant ».


UNE DENT DÉVITALISÉE DOIT IMPÉRATIVEMENT ÊTRE PROTÉGÉE PAR UNE COURONNE.